Lycée Gerville Réache

Rencontre avec Françoise Dô

autour de sa pièce Aliénation(s)

jeudi 8 novembre 2018 par CDI

Jeudi 8 novembre 2018, Leinz Modeste et Charlotte Relet, deux étudiants en classe préparatoire littéraire du Lycée Gerville Réache, ont eu le privilège de rencontrer quasiment en tête à tête la comédienne, auteure et metteure en scène, Françoise Dô. Suite à leurs échanges autour la pièce Aliénation(s) qui doit se jouer à L’Artchipel le lendemain pour les scolaires et le samedi soir pour le tout public, Charlotte Relet et Leinz Modeste ont rédigé un article que nous vous invitons à lire :

Au cours de notre entretien, nous avons parlé avec Françoise Dô de sa vocation de comédienne, ses inspirations dans son écriture et sa postérité dans le jeu, et la publication au théâtre. Mais nous lui avons aussi posé des questions sur des points un peu plus précis de sa pièce Aliénation(s), notamment sur l’écriture, le jeu de comédienne ou encore la mise en scène. L’artiste nous a d’ailleurs répondu avec une grande précision et a su dissiper certaines de nos doutes sur le sens de sa pièce. Il est tout d’abord intéressant de savoir que le BUMIDOM dont il est question dans son texte, et qui attire particulièrement notre attention, en tant que résidents des Antilles françaises, n’était pas une “thématique” voulue par la comédienne, mais un sujet qui s’est imposé à elle suite à une expérience personnelle. Françoise Dô ne veut pas porter une cause dont elle ne sait si elle pourra en assumer la charge et préfère garder une certaine neutralité quant à l’engagement, ce qui se ressent d’ailleurs dans la mise en scène également (ce qui passe par le décor, le costume, etc…). La pièce d’abord intitulée Aliénation noire a ensuite été renommée Aliénation(s), la jeune auteure ne voulant pas porter la charge d’un thème trop engagé. Dans son œuvre elle représente les conflits familiaux d’une jeune femme qui veut à tout prix s’émanciper des préjugés sociaux dont elle est victime principalement dans sa famille. La particularité de cette pièce réside avant tout dans la réunion d’une dizaine de personnages en une seule et même personne sur scène, ce qui aborde aussi la thématique de la division des identités, un certain flottement entre où vais-je, d’où viens-je ? D’où le titre Aliénation qui agit comme un effet de miroir, la jeune Sophia étant victime de cette aliénation sociale qui se rencontre aussi dans la duplication des personnalités. Dans un décor ultra-minimaliste, ce que la jeune artiste apprécie particulièrement, et qui est pour elle caractéristique des pièces de théâtre contemporaines, Françoise Dô nous transporte dans un univers réaliste, où les répliques sont tranchantes, honnêtes, atteignant le spectateur en plein cœur. Son ultra-minimalisme possède tout de même quelques fantaisies, comme elle a pu nous répondre au cours de l’entretien. En effet, fascinée par les opportunités scéniques qu’apportent les lumières et la musique, elle n’a pas hésité à user de celles-ci pour créer une atmosphère et créer presque un décor mental qu’on pourrait entrevoir entre les divers rayons lumineux. Le spectateur peut se créer son propre univers scénique, ce qui stimule son imagination et crée un foisonnement d’interprétations et de compréhensions différentes. Lors de la découverte du dossier de présentation de la pièce et de sa thématique, nous avons pu établir un parallèle avec la bande dessinée Peyi an nou de Jessica Oublié et Marie-Ange Rousseau (éd. Steinkis, octobre 2017). Françoise Dô répond alors que ce rapprochement est intéressant puisqu’il aborde la même thématique du BUMIDOM mais sous un angle plus hexagonal que caribéen, à l’inverse donc de sa pièce Aliénation(s). Nous avons terminé l’entretien en lui demandant de lire un passage du script, en l’occurrence son passage favori, afin de découvrir son écriture, son jeu de comédienne ainsi que le personnage de Sophia. Nous avons été transportés dans l’univers de la pièce et plongés dans la vie de la jeune martiniquaise pour un court instant. Il est rare de pouvoir admirer une comédienne de si près, nous nous sommes alors épris d’adoration pour le jeu de la comédienne François Dô, avec sa grande maîtrise et sa finesse d’expression.

De cette interview, nous ressortons avec plus d’expérience, c’était la première fois que nous nous entretenions avec une artiste et nous sommes satisfaits d’avoir été sollicités par L’Artchipel afin d’écrire cet article. Nous avons découvert Françoise Dô, une femme naturelle, qui vit pleinement sa passion en tant que comédienne et qui se donne les moyens d’accomplir ses rêves. L’auteure nous a d’ailleurs affirmé avoir des projets en tête pour la suite de sa carrière. Sa deuxième pièce A parté est d’ailleurs en vente depuis le mois de septembre 2018 aux éditions Tapuscrits, et la comédienne est en pleine effervescence pour la promotion de sa pièce et ses représentations à l’aide de sa troupe “Bleus et ardoise”. Ses projets en cours lui promettent une carrière florissante et riche en expériences, et nous avons hâte de découvrir ses prochaines œuvres. Charlotte Relet et Leinz Modeste



Accueil du site | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 337717

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSCDI RSSAction culturelle RSSL’Artchipel - Scène nationale   ?

Creative Commons License